Riz
English
Español

 

 

Version imprimable

SOCIETES

En amont de la production, des multinationales telles que la société américaine Monsanto (2ème entreprise agrochimique du monde, se classant également au 2ème rang des sociétés productrices de semences) cherchent à renforcer leurs positions sur le marché des semences et des intrants nécessaires à la culture de riz (herbicides, pesticides).

Sociétés de négoce

Pendant longtemps, les échanges de riz ont été exclusivement une affaire d'Etat (les contrats publics) et/ou une affaire de famille (les exportateurs privés d'origine chinoise). Il s'agissait essentiellement d'un commerce intra-asiatique.

A partir des années 1970, des firmes de négoce ont connu un essor important et sont arrivées à contrôler jusqu'à 40% des échanges mondiaux de riz.

Actuellement, certaines d'elles se sont pratiquement retirées du marché ou ont tout simplement disparu. Parmi celles qui restent, et qui ont pris un poids grandissant, on peut citer les compagnies basées en Suisse : Louis Dreyfus (Genève), Rustal (Genève), Novel (Genève), Nidera (Lausanne) ; et les compagnies nord-américaines : ADM, Rice Company.

En Asie, les exportateurs privés aussi ont pris un poids relativement important. En Thaïlande, par exemple, le commerce privé est passé en l'espace de dix ans, de 20% des exportations, au début des années 1990, à 80% aujourd'hui. Au Vietnam aussi des négociants privés sont apparus progressivement suite aux réformes économiques qu'a connu le pays dans les années 1990.

Quand aux grands organismes publics asiatiques, autrefois chargé du commerce extérieur, ils gèrent encore des grands stocks exportables qu'ils vendent la plupart du temps à travers des exportateurs privés en contact direct avec des importateurs privés d'Europe et du Moyen-Orient, ainsi que d'Afrique depuis la libéralisation des filières de commercialisation et la fin du monopole étatique dans les importations des céréales.

Version imprimable