Riz
English
Español

 

 

Version imprimable

Prix

Du fait de l'étroitesse du commerce international du riz (7% de la production mondiale) et du caractère résiduel des échanges (les pays producteurs produisent avant tout pour leur consommation interne) les prix internationaux sont soumis à de fortes fluctuations.

Malgré l'existence d'un contrat à terme sur le riz négocié sur la bourse de Chicago au "Chicago Board of trade" (CBOT), aucun cours n'est utilisé en référence internationale. Il n'y a pas ou peu de publications régulières qui indiqueraient les niveaux de prix pratiqués.

Néanmoins les cours du riz blanc 5% de brisures FOB Thaïlande peuvent donner une idée de l'évolution des prix sur le long terme. Cette catégorie de riz a d'ailleurs été choisie comme étant la référence sur le marché à terme de Bangkok (http://www.afet.or.th/).

Cours du riz blanc 5% de brisures FOB Thaïlande en dollars par tonne
(données mensuelles sur la période janvier 1960 - janvier 2007)

Source: Secrétariat de la CNUCED - Bulletin mensuel des prix des produits de base

Il est cependant à noter une faible corrélation entre les prix des marchés des riz de qualité supérieure et de basse qualité. S'ils varient souvent dans le même sens avec par exemple une baisse au début des années 2000, le fléchissement a été plus fort pour les derniers que pour les premiers. L'amplitude des mouvements varient d'une catégorie à l'autre en fonction de la demande spécifique pour chacune d'entre elles.

Dans beaucoup de pays, les prix disponibles ne concernent que les marchés domestiques et indiquent les niveaux auxquels les négociants acceptent d'acheter aux agriculteurs.

Au niveau des cours à l'exportation, la corrélation entre les différentes origines est relativement élevée pour les pays ne réglementant pas ou n'intervenant pas sur les prix (à ce sujet, voir politiques économiques).

Prix à l'exportation du riz en dollars la tonne FOB jusqu'en décembre 2010

Source: Secrétariat de la CNUCED d'après les données statistiques d'OSIRIZ.

La baisse tendancielle des prix depuis le milieu des années 1980 se poursuit au lendemain du nouveau millénaire. Les sous-jacents expliquent en grande partie cette situation, avec en particulier la surabondance des excédents exportables et la faiblesse de la demande principalement conduite par les pays asiatiques. On constate néanmoins sur les deux graphiques ci-dessus une remontée des cours (plus ou moins progressive) dès 2003 jusqu'à nos jours. Celle-ci est notamment due au fait que le rapport production-consommation s'est resseré ce qui a incité certains pays à puiser dans leurs stocks.

A court terme, le fait que certains pays puissent être virtuellement exportateurs ou importateurs renforce l'instabilité des cours du riz. En effet, certains gros producteurs étant à la limite de l'autosuffisance, ils peuvent se trouver, selon les années, exportateurs, importateurs ou les deux simultanément (cas de la Chine), avec des changements importants dans les volumes commercialisés.

D'autres facteurs jouent également un rôle à cet égard et en particulier:

• le fait que le riz soit une culture sensible aux aléas climatiques (irrégularité des moussons en Asie),
• l'existence d'une dichotomie entre la récolte (qui est ponctuelle, 2 à 3 fois par an) et la consommation (qui s'étale sur l'année),
• les changements de politiques commerciales en égard au soutien des filières rizicoles dans les principaux pays producteurs,
• les caractéristiques du marché international souvent considéré comme relativement étroit,
• la fluctuation des taux de change,
• les cours du pétrole, principale source de recettes d'exportations pour de nombreux pays importateurs de riz.

Version imprimable