Banane
English

 

 

Version imprimable

Marché

- La production bananière
- Les exportations de banane
- Les importations de banane
- L'organisation du commerce de la banane
-
Croissance des marchés biologique et du commerce équitable pour la filière banane

Les bananes sont le principal fruit à faire l'objet d'échanges internationaux et également le plus populaire à travers le monde. Elles sont le premier fruit exporté en terme de volume, bien qu'elles ne se placent qu'à la seconde place derrière les agrumes en terme de valeur. La banane est un produit de base très sensible aussi bien d'un point de vue économique, que social, environnemental et politique. Selon les estimations statistiques de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (F.A.O.), les exportations totales de bananes ont représenté 16,8 millions de tonnes sur l'année 2006. Elles sont également un élément de base essentiel de l'alimentation dans de nombreux pays en développement au même titre que le blé, le riz ou le maïs d'où leur importance en terme de sécurité alimentaire. Certains États producteurs, à l'instar de l'Inde ou du Brésil, sont très impliqués dans le commerce international. De ce fait, seul le cinquième de la production bananière totale fait l'objet d'échanges internationaux. Néanmoins, la part du volume des bananes produites faisant l'objet d'échanges internationaux a faiblement augmenté durant les dernières décennies (d'environ 18% dans les années 1960 et 1970 à environ 22% au cours des années 1990 et 2000). Le marché international est essentiellement intra-régional.

L'industrie de la banane engendre une source importante de revenus, d'emplois et de recettes d'exportation pour la majeure partie des pays exportateurs, principalement pour les pays en développement d'Amérique Latine et des Caraïbes ainsi que pour ceux d'Asie et d'Afrique. Selon la FAO, le montant annuel total des exportations mondiales de banane s'est élevé à 5,8 milliards de dollars en 2006 et représente, de toute évidence, une source vitale de revenus pour de nombreux pays. Aux niveaux local et régional, il existe une relation étroite entre le revenu dégagé de l'industrie de la banane et la sécurité alimentaire des ménages. L'amplitude des quantités exportées ou celle des prix à l'exportation peut être la cause de fluctuations des revenus des personnes directement employées dans le secteur de la banane, qu'il s'agisse des petits exploitants agricoles ou des salariés des plantations. En outre, les industries secondaires et tertiaires, ainsi que leur personnel ressentent également les effets de ces variations.

Évolution de la production mondiale et du commerce international des bananes (entre 1961 et 2006) en milliers de tonnes

Source: Secrétariat de la CNUCED d'après les données statistiques de la FAO

La production bananière

Les bananes, comme cela est le cas pour la plupart des produits tropicaux, ont besoin de conditions climatiques spécifiques pour se développer. C'est la raison pour laquelle elles sont presque exclusivement cultivées dans les pays en développement (environ 98% de la production mondiale). Les pays développés sont les débouchés traditionnels des bananes d'exportation. En 2007, environ 130 pays produisaient de la banane, toutefois, la production à l'instar des exportations et des importations est très concentrée. Les dix premiers pays producteurs représentaient plus de 75% de la production bananière totale en 2007. En outre, l'Inde, la Chine, les Philippines, le Brésil et l'Équateur ont compté pour plus de 60% de la production mondiale. Cette concentration s'est renforcée au fur et à mesure des années et la répartition régionale s'est modifiée. Alors que l'Amérique représentait la moitié de la production mondiale dans les années 1970, contre 34% pour l'Asie, le rôle du continent asiatique a commencé à se renforcer au cours de la décennie 1990 et encore davantage au cours de la décennie suivante, pour atteindre finalement 58% de la production mondiale en 2007, contre 31% pour l'Amérique. La part de l'Afrique est, quant à elle, demeurée relativement inchangée passant ainsi de 13% à 11% entre les décennies 1970 et 2000.

Répartition de la production mondiale de bananes par continents

Source : Secrétariat de la CNUCED d'après les données statistiques de la FAO

La répartition de la production bananière par grands acteurs
Moyenne sur la période 2003-2007

Source : Secrétariat de la CNUCED d'après les données statistiques de la FAO

Les exportations de banane

Les exportations mondiales de banane affichent un haut niveau de concentration avec les pays en développement comptant pour la majeure partie d'entre elles. A elles seules, l'Amérique du Sud et Centrale ont contribué pour près de 70% des exportations mondiales en 2006. Les quatre premiers pays exportateurs de banane en 2006, l'Équateur, le Costa Rica, les Philippines et la Colombie, représentaient 64% des exportations mondiales. L'Équateur fournit à lui seul un peu moins de 30% des exportations mondiales. La part de l'offre latino-américaine et caribéenne a diminué entre les années 1970-1980 où elle atteignait 80% des exportations mondiales et les années 2000 où la région compte pour 70% des exportations mondiales. A l'intérieur de la région, le poids de chaque sous-région a lui aussi évolué de manière importante sur la période. Par exemple, la région Caraïbes est passée de près de 8% au cours des années 1970 à moins de 2% au cours de la décennie 2000. Le poids de l'Amérique centrale et de l'Amérique du Sud dans les exportations de bananes de la région a eu tendance à s'inverser. Alors que dans les années 1970, l'Amérique centrale comptait pour 42% des exportations mondiales, sa part a chuté à 26% en 2006 et inversement pour l'Amérique du Sud dont la part dans les exportations mondiales est passée de 28% dans les années 1970 à plus de 40% en 2006.

La répartition des exportations de banane
Moyenne sur la période 2002 - 2006

Source : Secrétariat de la CNUCED d'après les données statistiques de la FAO

L'analyse de la dépendance des revenus d'exportation par rapport aux bananes fournit également des résultats intéressants. Pour les principaux pays exportateurs tels que l'Équateur ou le Costa Rica, les exportations de banane représentaient respectivement 9,3% et 7,7% de la valeur totale des exportations en 2006. Les plus hauts niveaux de dépendance sont enregistrés par les Îles sous le vent : Sainte Lucie, Saint Vincent et Grenadines et La Dominique.

Quelques exemples de taux de dépendance de certains pays producteurs / exportateurs sur l'année 2006 :
- Saint-Vincent-et-les Grenadines : 22.3%
- Sainte-Lucie : 19.7%
- La Dominique : 18.1%
- Le Panama : 10%
- L'Equateur : 9.3%
- Le Costa Rica : 7.7%
- Le Honduras : 6.8%
- La République dominicaine : 6.8%
- Le Guatemala : 5.9%

(Source : Secrétariat de la CNUCED d'après les données statistiques de la FAO)

Les importations de banane

Historiquement, les importations de bananes sont assez concentrées. Les principales zones d'importation sont l'Union européenne, les États-Unis et le Japon, qui ont compté ensemble pour plus de 70% des importations mondiales en 2006, alors que les dix premiers pays importateurs de banane dans le monde totalisaient environ 80% du total des importations (considérant l'Union européenne comme une entité unique).

Les importations de bananes
Moyenne sur la période 2002-2006


Source : Secrétariat de la CNUCED d'après les données statistiques de la FAO

L'organisation du commerce de la banane

Du fait de l'importance des différents régimes d'importation dans les pays consommateurs, le commerce mondial de la banane ont longtemps présenté un caractère régional très marqué. Ces régimes ont conduit à une différenciation entre marchés préférentiels et marchés ouverts, bien que cette situation ait quelque peu évolué depuis les années 1990. Les coûts de transport et le temps jouent également un rôle dans la segmentation régionale du marché.

Les importations nord-américaines de banane proviennent principalement d'Amérique centrale et du sud, sur la base d'un marché dépourvu d'obstacles tarifaires et non tarifaires.

La répartition géographique des importations américaines de bananes
(1990-2007)

Source : Secrétariat de la CNUCED d'après les données statistiques du Comtrade

Traditionnellement, les importations européennes de banane proviennent de trois origines différentes :
- premièrement : de la production nationale espagnole (Îles Canaries), de la France (avec la Guadeloupe et la Martinique), de Grèce et du Portugal.
- Deuxièmement, des exportations en provenance des pays ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) qui ont bénéficié d'un accès privilégié au marché européen par le biais de la Convention de Lomé et plus tard de l'Accord de Cotonou.
- Finalement, d'Amérique centrale et du sud qui fournissent des pays dont le marché est libre, comme cela est le cas pour l'Allemagne par exemple.

Au cours des années 1990, l'organisation du marché des bananes européen a souffert de certaines incertitudes dues à l'introduction du régime européen de la banane et aux différentes modifications engendrées par le différend engagé devant l'Organisation mondiale du commerce.

La distribution géographique des importations européennes de bananes (1990-2007)

Source : Secrétariat de la CNUCED d'après les données statistiques du Comtrade

En ce qui concerne le Japon, troisième plus important marché importateur de banane au monde, les Philippines restent son premier fournisseur avec une large avance sur son deuxième fournisseur : l'Équateur. Comparativement aux deux autres zones, le Japon fait apparaître des importations fortement concentrées, avec deux pays fournissant près de 95% des importations totales du pays sur la période 1990-2007.

La distribution géographique des importations japonaises de bananes
(1990-2007)

Source : Secrétariat de la CNUCED d'après les données statistiques du Comtrade

Au cours des années 1990, le marché international de la banane a principalement été caractérisé par une situation de suroffre consécutive à la disponibilité accrue des exportations équatoriennes de banane et de quelques autres pays exportateurs. Toutefois, la principale cause de cette suroffre repose sur les espérances induites par la libéralisation du marché européen survenue à la suite de la mise en place du Régime européen de la banane. Vers la fin des années 1980 et le début des années 1990, les sociétés commercialisant la banane ont poursuivi une stratégie d'accroissement de leur capacité afin de maximiser leur part de marché en Europe. Au cours de la décennie 1990, le marché international de la banane a été très fortement influencé par les développements que connaissait le Régime européen de la banane. Le différend et l'accord intervenus devant l'OMC ont laissé planer un climat d'incertitudes sur le marché et, par conséquent, ont limité les possibilités d'action des différents opérateurs. En outre, la demande en provenance des marchés émergents asiatiques, chinois en particulier, et considérés comme porteurs comme la Fédération de Russie et l'Europe Orientale, n'ont pas permis de rééquilibrer la situation, notamment du fait de la situation économique en Fédération de Russie et de la crise financière en Asie. La conjonction de ces conditions a conduit à une stagnation de la croissance de la demande sur les marchés saturés américains et européens et n'ont pas permis d'atteindre les niveaux de consommation escomptés. Cette situation a eu pour conséquence de tirer les prix de la banane vers le bas et d'améliorer la compétitivité des entreprises de distribution en quête de restructuration et d'économie d'échelle.

Croissance des marchés biologique et du commerce équitable pour la filière banane

Les niches de marchés constituent également un débouché intéressant pour la filière banane. Une étude à cet égard présentée dans le cadre du groupe intergouvernemental sur la banane et sur les fruits tropicaux illustre parfaitement ces propos en soulignant l'importance des marchés biologiques et du commerce équitable (qui ont respectivement atteint 152'000 tonnes et 46'000 tonnes en 2003).

Croissance des marchés biologique et du commerce équitable pour la filière banane sur la période 1998-2003 (en tonnes)

Source : Banane biologique et banana du commerce équitable et certification environnementale et sociale dans le secteur de la banane, FAO, décembre 2003 (CCP: BA/TF 03/5)

Carte interactive des flux d'exportation montrant les destinations de bananes biologiques par principales origines (2002)

Rep. Dominicaine Colombie Pérou Equateur
Mexique Honduras Guatemala Iles Canaries

Source : Secrétariat de la CNUCED d'après les données statistiques de la FAO

Version imprimable